Aller au contenu

Voyager léger et pas trop jetable

Ne serait-ce que par flemme de devoir promener une grosse valise difficile à porter dans le métro, c'est souvent appréciable de voyager léger. Cela peut aussi permettre de ne pas avoir de bagage en soute, que ce soit pour faire baisser le prix du billet, passer moins de temps à l'aéroport puisqu'on peut le quitter sans attendre le déchargement, ou encore si on craint de ne plus revoir sa valise en arrivant (ça arrive, et c'est ennuyeux).

De surcroît, on peut aussi tenter de réduire son usage de produits jetables, avec pour effet secondaire qu'une fois passé l'achat initial, on puisse réaliser des économies.

 

Couverts réutilisables

couteau fourchette cuillère pliantCe couteau-cuillère-fourchette-ouvre-boîte-tire-bouchon en acier est confortable à utiliser et aucun aliment ne lui résiste, contrairement aux couverts en plastique jetables tout fins.

En revanche attention, si on prend l'avion il doit absolument être mis dans un bagage en soute. L'alternative qui peut passer en bagage cabine ce sont les couverts en bois ou en plastique, mais par définition le couteau sera à peu près inutilisable (et c'est bien pour cela qu'il passe mieux en cabine).

 

Gourde

Cette belle gourde est déjà évoquée dans cet article, parce qu'elle est merveilleuse et me suit partout, rien de moins.

Elle passe en cabine en avion, il faut juste bien la vider avant de passer les contrôles de sécurité. Il est préférable de la mettre en évidence en dehors du sac, cela évite généralement de passer en inspection manuelle quand elle est repérée aux rayons X. C'est valable pour tous les contenants, tant qu'ils sont vides la limite de 100 mL ne s'applique pas.

On économise l'achat de beaucoup de bouteilles d'eau en plastique, et certaines gourdes sont isothermes, aspect fort appréciable dans les pays un peu chauds ou simplement en été. En Europe il n'y a normalement pas de problème à consommer l'eau du robinet.

 

Serviette en nid d'abeille

On a potentiellement besoin d'emporter une serviette, et celles en bouclettes sont à la fois encombrantes, lourdes et longues à sécher.

serviette nid d'abeille en linPour limiter ces inconvénients, on peut opter pour le tissage nid d'abeille. Dans mon cas j'ai cherché du tissu pur lin que j'ai cousu et sur lequel j'ai installé des boutons pression placées de manière à pouvoir porter la serviette enroulée autour de moi sans risquer qu'elle glisse. On peut également trouver des serviettes nid d'abeille toutes faites, ou en coudre à partir de coton bio à défaut de lin.

Il ne faut aussi pas hésiter à prendre une petite serviette et non un format drap de bain, on peut gagner beaucoup de place de cette façon, et c'est considérablement moins cher à l'achat au passage. Histoire d'encore faire baisser le prix, on peut en chercher à Emmaüs ou fouiller dans les placards de grands-parents qui possèdent parfois l'équipement suffisant pour sécher un régiment entier (pour ce qui est de l'hygiène d'une serviette de seconde main, les fibres comme le coton, le lin et le chanvre supportent très bien un lavage à 90° de temps à autre, suivi d'un repassage à fer bien chaud pour obtenir une serviette parfaitement désinfectée).

Les serviettes en microfibres sont souvent présentées comme idéales pour voyager, je n'adhère pas tout à fait à ce postulat. Elles n'absorbent pas aussi bien que les fibres naturelles, le contact avec la peau n'est pas agréable et le séchage n'est pas plus rapide.

En complément d'une petite serviette, voire carrément en remplacement, j'aime bien avoir un grand morceau de tissu de coton très fin, qui sert de serviette, de foulard, de paréo, pour s'assoir ou s'allonger dessus... Un tissu suffisamment fin sèche vraiment très vite pour peu qu'on ait un peu de soleil ou de vent, on peut le laver régulièrement avec un petit peu de savon.

 

Hygiène

La limite d'un sachet d'un litre emballant des contenants de moins de 100 mL en bagage cabine peut paraître contraignante, mais quelques astuces peuvent faciliter les choses.

Petite bouteille de shampooingTout d'abord, ne pas hésiter à transvaser les liquides dans des petites bouteilles. A titre personnel, le shampooing est le liquide dont je ne peux me passer, je le transvase donc dans une petite bouteille de 50 mL. Une bouteille de gel douche trouvée dans un hôtel peut parfaitement faire l'affaire et être réutilisée. J'utilise ce shampooing comme gel douche aussi, mais on peut également utiliser du savon en pain.

savon en pain dans une boite étanchePour pouvoir partir juste après une douche sans répandre du savon mouillé partout, il est intéressant de le promener dans une boîte. Là aussi la récup est utile. Le savon lui-même peut être coupé au couteau pour le faire rentrer dans la boîte et adapter la quantité à la durée du voyage.

A noter que sous cette forme, on n'a pas besoin de présenter le savon dans le petit sac transparent avec les liquides.

Le dentifrice est particulièrement encombrant, et je trouve que les dentifrices en tablettes (Lush par exemple, j'en utilise une demi-tablette par brossage) sont parfaitement adaptés. On peut n'emporter que le nombre nécessaire à la durée du séjour et les mettre dans une minuscule boite. Là encore ce n'est plus compté dans les liquides en bagage cabine.

Comme déodorant, j'utilise de l'huile essentielle de lavande vraie qui est multi-usage comme expliqué à la fin, et la bouteille est bien moins encombrante qu'un déodorant classique.

 

Crème solaire

En quête de la crème solaire, il peut être tentant de suivre les recommandations des fabricants et emporter une crème visage et une corps. Dans les faits les formulations sont souvent très proches, et on peut bénéficier à ne choisir que l'une des deux quand on part en voyage afin de limiter le volume de ses bagages.

La différence majoritaire entre les crèmes visage et corps est le volume du contenant. Celles pour le visage sont souvent en-dessous de 100 mL, et celles pour le corps au-delà de 200 mL.

Mon choix dépend donc du moyen de transport : si je prends l'avion sans bagage en soute, je choisis de ne prendre qu'une petite bouteille de crème marketée "visage", sinon avec un bagage en soute ou pour tout autre moyen de transport j'opte pour la version "corps".

Un bon moyen de pouvoir être bien protégé du soleil en n'ayant qu'une petite bouteille de 50 mL est de porter des hauts à manches longues pour économiser la crème. On peut aussi utiliser le tissu léger multi-usage présenté plus haut comme foulard à porter sur ses bras et sa nuque. Dans les deux cas, l'idée est de se protéger sans utiliser de crème, ce qui est au passage particulièrement économique, et pas de risque d'oublier de réappliquer de la crème sur ses bras de cette façon.

 

Organisation du sac

packing cubePour faciliter le rangement et l'organisation de son sac, j'apprécie de cloisonner par exemple sous-vêtements, vêtements sales et t-shirts propres. Les packing cubes, des sacs à fermeture éclair en tissu tout léger permettent de faire ça, mais dans le commerce coûtent un bras (les sacs à dos de cette marque sont en revanche vraiment très bien, notamment celui-ci).

J'en ai donc cousu trois de tailles différentes, donc deux avec un panneau de mesh pour ne pas que les affaires marinent et sentent le renfermé, et un en PUL lavable jusqu'à 90° pour les affaires vraiment sales ou humides (les coutures et la fermeture éclair ne sont pas étanches mais le fait que le PUL le soit suffit à protéger le reste du sac).

Je garde toutefois toujours un sac poubelle classique dans mon sac par précaution, il peut servir en cas de catastrophe à base d'eau à limiter les dégâts, à emballer les chaussures vraiment sales, ramasser des déchets, donner à quelqu'un qui n'a pas de beaux packing cubes maison...

 

Pharmacie

Ce chapitre est évidemment à adapter selon les personnes et les zones visitées, je vais donc surtout parler pour moi.

Déjà, j'ai toujours quelques sachets de Smecta, c'est pas très bon au goût mais en cas de diarrhée et/ou vomissement cela aide bien, et si ce n'est pour soi il peut servir au voisin.

Quand on a une petite tendance au mal des transports, une plaquette de Nausicalm ou Mercalm peut grandement améliorer le confort...

De toute évidence, emporter ses médicaments habituels, et quand on part hors de l'UE  il vaut mieux prendre les ordonnances associées (certains médicaments particuliers ont une réglementation spécifique selon la destination, il faut toujours vérifier avant de partir).

Enfin, comme évoqué plus haut il y a une huile essentielle que j'emporte, celle de lavande vraie. Elle me sert pour les boutons d'acné, les boutons de moustiques et autres insectes pour limiter la démangeaison, et surtout je l'utilise comme déodorant, en mettant une goutte par aisselle en sortant de la douche. Avant de faire pareil, on gagne à faire un essai sur le bras, bien qu'elle soit généralement bien tolérée même pure, tout en restant dans la parcimonie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *