Aller au contenu

Solution hydroalcoolique garantie sans perturbateur endocrinien ni multirésistance

Novembre, le début de la saison de la gastro gentiment contagieuse... En voilà un bon début ! Toujours est-il que l'on peut commencer à se méfier des poignées de porte, des claviers partagés, des serrages de mains et autres vecteurs de transmission de cette confortable maladie.L'arme classique, c'est le gel hydroalcoolique bleu (parce que le bleu ça fait propre). On peut trouver quelques soucis à ces gels : tout d'abord on achète une bouteille en plastique dont la durée de vie est assez courte pour contenir un produit finalement assez simple, et d'autre part il peut y avoir, bien que pas systématiquement, du triclosan en plus de l'alcool dans le rôle bactéricide, virucide et fongicide (par exemple le gel de la marque Gilbert en contient).

Le triclosan accumule malheureusement des preuves contre lui sur son aspect de perturbateur endocrinien et son triste rôle dans l'apparition des souches bactériennes multirésistantes. Le côté perturbateur endocrinien est largement médiatisé, les multirésistances sont en revanche un peu moins connues.

Le principe et les conséquences sont bien expliqués sur le site de l'INSERM. Le triclosan aurait une capacité à rendre des bactéries résistantes, mais en plus de ça on en retrouve un peu partout dans l'environnement, ce qui ne peut qu'empirer les choses en terme de résistance et perturbation endocrinienne.

Bref, c'est un composé que j'évite, et il faut savoir qu'on le retrouve dans beaucoup de dentifrices, de produits ménagers, de savons à main... En gros, quand quelque chose est vendu pour sa capacité "antibactérienne", le triclosan peut être présent.

La solution hydroalcoolique que j'ai faite ne tire son côté antibactérien et virucide (que je ne garantis pas, je n'ai pas fait tester la chose) que de la présence d'alcool, et d'huiles essentielles en appoint éventuel.

L'éthanol est efficace contre la plupart des bactéries, virus et champignons quand il est dosé à 60%, c'est donc le taux qui sera visé ici.

Il faudra :
- un flacon de récupération, de préférence un spray
- 67% d'alcool à 90° (alcool dénaturé/modifié, commandable en pharmacie)
- 10% de glycérine (végétale bio pour moi, de la marque De Saint Hilaire)
- optionnel : quelques gouttes d'huile essentielle de lavande vraie et d'arbre à thé, de l'arôme (alimentaire de rose pour moi)
- compléter à 100% par de l'eau bouillie

Tout verser directement dans le flocon du spray, agiter et pulvériser sur ses mains avant de frotter jusque séchage complet en n'oubliant ni les ongles ni les zones interdigitales.

Une solution hydroalcoolique ne remplacera pas un lavage de main, et peut assécher la peau malgré la glycérine, mais en sortant du métro cela peut s'avérer utile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *