Aller au contenu

La quête de la crème solaire

Le soleil arrive, et l'année dernière à la même époque environ, j'ai eu l'envie d'enfin trouver une crème solaire correcte sur tous les plans. Après un an d'utilisation, je vais partager mes conclusions.

Crème solaire EcoCosmetics


Mes critères sont :

Certifiée bio (Ecocert)

Donc nécessairement constituée de filtres minéraux et non des filtres chimiques qui posent de potentiels problèmes de santé en tant que perturbateurs endocriniens, et ont des effets délétères sur l'écosystème marin. En bonus, les filtres minéraux agissent instantanément, contrairement aux filtres chimiques qui doivent être appliqués au moins 20 minutes avant application, détail souvent oublié...

Relativement peu comédogène

Pour cela, il faut éviter les huiles réputées comédogènes en tête de liste, surtout l'huile de coco. Les formulations annoncées comme "anti âge" ou "nourrissantes" sont souvent plutôt comédogènes au vu de la composition.

Résistante à l'eau

Question de praticité, je préfère une crème utilisable dans toutes les situations. Au fur et à mesure de mes recherches, j'ai fini par me rendre compte que toutes les crèmes solaires bio que j'ai croisées sont résistantes à l'eau. Tant mieux.

Pas de nanoparticules

Car en effet, les nanoparticules sont maintenant autorisées en bio, bien qu'heureusement des marques s'y refusent. Cela exclut les marques qui ne précisent pas explicitement qu'elles n'utilisent pas de nanoparticules.

Si la formulation est présentée comme ne laissant pas de traces blanches, il est plus que probables que la crème contienne des nanoparticules.

Conditionnées en flacon airless

Ce type de flacon n'offre aucune surface de contact entre la crème et l'eau et on ne touche pas le contenu avec les doigts (contrairement aux pots à large ouverture et aux flacons souples qui peuvent laisser rerentrer la crème une fois sortie) en dehors de la sortie du flacon. Cela permet de diminuer les risques de contamination bactérienne de la crème et ralentit l'oxydation des huiles. La durée de conservation s'en trouve rallongée, et ce d'autant plus si on prend la peine de conserver les flacons au frigo. Après plusieurs semaines sans utilisation, il peut être intéressant de ne pas utiliser la première goutte qui sort du flacon mais plutôt de la jeter, puisqu'elle aura pu s'oxyder entre temps.

SPF

Dans mon cas, l'indice de protection solaire souhaité est 30 ou 50 selon l'usage, et toutes les marques n'offrent pas ces indices.

 

Ma conclusion sur le sujet, et elle occulte forcément des marques qui pourtant répondent à tous ces critères, se résume à deux noms :

- EcoCosmetics

- UVbio

Attention toutefois, toutes les références de ces marques ne sont pas sans nano, il faut vérifier au cas par cas. Pour EcoCosmetics, leurs formulations ont été renouvelées, il ne faut pas hésiter à aller voir la gamme Tatouage pour trouver du sans nano.

Crème solaire UVbio

Après un an d'usage, je peux donc dresser une liste des caractéristiques de ces crèmes :

Inconvénients

- ça colle à la peau, ça vaut vraiment le coup de l'appliquer quand on a encore de quoi se laver les mains à portée, donc avant de partir skier ou randonner, et d'avoir un mouchoir sous la main pour les applications en cours de route

- ça blanchit la peau... maintenant je l'assume, mais il y a toujours l'option crème teintée quand on ne veut pas de l'effet famille Addams

- c'est plus cher que la crème Garnier de base, c'est le prix des ingrédients

Avantages

- corolaire du premier inconvénient, elles résistent vraiment à l'eau. Au point de rendre la peau pratiquement déperlante, résistante à la transpiration (même si par précaution, on en remet une couche), résistante au gel douche si on ne frotte pas attentivement

- corolaire du second inconvénient, on n'a pas trop de doute sur le fait d'avoir ou non appliqué de la crème

- comme ces crèmes contiennent des huiles végétales et non des huiles minérales, elles nourrissent bien la peau, je n'ai jamais la peau aussi douce que quand je dois mettre de la crème solaire chaque jour

- les flacons airless ne s'écrasent pas au fond du sac de rando ou du sac à main

- sous réserve d'en appliquer suffisamment, et suffisamment souvent, elles protègent vraiment, vraiment bien et on voit nettement la différence avec les zones oubliées lors de l'étalage.

2 thoughts on “La quête de la crème solaire

  1. Ping : Crème solaire et crème hydratante non comédogènes – C*** Clémence Production

  2. Ping : Voyager léger et pas trop jetable – C*** Clémence Production

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *