Aller au contenu

Crème solaire et crème hydratante non comédogènes

Après des années de recherche d'une crème solaire qui convient plus ou moins à ma peau (exit elles), qui a une composition un peu correcte sur le plan environnemental et de la santé (au revoir toi), et qui ne me fait pas une ribambelle de boutons en cas d'usage intensif (à regret, salut toi). Plus qu'à la fabriquer, cette crème !

Mise à jour : et si tu as la flemme de fabrique une crème, il y a maintenant un article dédié aux crèmes solaires qu'on peut acheter (et qui sont testées pour le SPF).

Afin d'assurer une protection solaire, j'ai décidé de mélanger un produit dédié à la protection solaire d'Aromazone à de l'oxyde de zinc sans nanoparticule.

Pour la phase huileuse, j'ai choisi l'huile de noisette, non comédogène.

Avec ces produits, on évite les filtres chimiques franchement dégueu, et pas de nanoparticules.

En raison de la présence d'oxyde de zinc et puisque cette crème ne résiste pas à l'eau de toute façon, on évite quand même de se baigner avec une couche fraîche sur le nez pour éviter de répandre les oxydes dans la mer ou la rivière.

La phase aqueuse que j'ai choisi est de l'hydrolat d'hélichryse italienne, n'importe quel autre convient, à part ceux issus d'agrumes (qui sont photosensibilisants), ou simplement de l'eau.

J'ai également rajouté de l'acide hyaluronique, mais c'est bien heureusement facultatif.

L'émulsifiant et les conservateurs peuvent être choisis de manière assez libre, tant qu'ils sont compatibles entre eux et avec les autres ingrédients. J'ai pour ma part pris de la cire émulsifiante Olive douceur (Aromazone) et de l'extrait de pépin de pamplemousse.

Certains produits que j'ai utilisés viennent donc du site Aromazone.

Ce site ne fournit pas toujours des produits de grande qualité, et encourage beaucoup à la consommation en proposant des recettes parfois complexes et pleines de colorants et fragrances.

Cependant, ils proposent certains produits difficiles à trouver ailleurs. J'ai donc décider de prendre les produits particuliers chez eux (les émulsifiants, conservateurs, gommes...), mais de ne prendre les huiles végétales et essentielles et hydrolats qu'en magasin bio.

Pour ce qui est des huiles, je ne prends de plus que celles à usage alimentaire en première pression à froid, elles sont moins onéreuses au litre comparées aux bouteilles orientées cosmétiques, et si jamais elle ne conviennent pas à la peau, il suffit de les finir en salade. On dispose ainsi d'huiles de noisette et de chanvre (non comédogènes), d'olive, de sésame et d'argan (toutes les trois bien nourrissantes et peu comédogènes)...

Pour la crème solaire :
- 10% de cire émulsifiante Olive douceur
- 23% d'huile de noisette
- 7% d'actif écran solaire
- 52,4% d'hydrolat ou d'eau
- 0,15% de vitamine E (pour éviter aux huiles de rancir)
- 1% d'extrait de pépin de pamplemousse
- 6% d'oxyde de zinc en poudre sans nanoparticules
- 0,5% d'acide hyaluronique

Je définis une part de 30% d'huile (noisette et actif solaire à base d'huile), puis je cherche les proportions des autres ingrédients à part l'hydrolat en fonction des notices de produits.

L'hydrolat sert à compléter à 100%. Cette recette est donc adaptable à d'autres émulsifiants et conservateur.

Faire chauffer au bain-marie la cire, l'huile, l'oxyde de zinc et l'écran solaire d'un côté, et l'hydrolat de l'autre, les deux à 70° environ.

Verser une partie de l'hydrolat chaud dans la phase huileuse, et fouetter au batteur électrique (un seul fouet attaché).

Rajouter le reste de l'hydrolat en plusieurs fois en battant à chaque fois. On doit obtenir assez vite une belle crème.

Continuer à battre jusqu'à refroidissement.

Rajouter un à un les autres ingrédients en fouettant entre chaque.

Mettre dans un sac de congélation à zip, le fermer, couper un angle et verser dans le récipient.

HYGIÈNE
- Désinfecter tous les outils et le plan de travail à l'alcool à 70° ou 90° (alcool modifié de pharmacie, pas d’alcool à brûler de barbecue), après les avoir lavés à l'eau chaude et au liquide vaisselle et bien rincés
- Se laver soigneusement les mains, et ne pas les sécher dans le torchon là depuis deux semaines, mais avec du sopalin ou un tissu parfaitement propre et qui a été repassé
- Favoriser les flacons pompes et flacons airless pour le conditionnement des crèmes, et éviter les pots dans lesquels on plonge ses pattes
- Même si un contenant ou outil est neuf, il faut le désinfecter et passer de l'alcool dans le système de pompe. S'il a déjà été utilisé, c'est tout aussi valable
- Le sac de congélation qui sert à transvaser la crème doit aussi être passé à l'alcool, puis laissé à évaporer (l'affaire d'une ou deux minutes)
- Conserver les flacons de produits pas utilisés au frigo
- Un changement d'odeur est souvent le signe que la crème a ranci ou a été contaminée

Le bonus, la crème hydratante ! La réalisation est la même, les précautions et les divers remarques aussi.
- 8% de cire émulsifiante n°3 pour une texture de baume, 6% pour une texture plus fluide qui convient aux flacons-pompe (passer l'hydrolat à 60,5% dans ce cas)
- 30% d'huile de noisette
- 0,5% de vitamine E
- 0,5% de naticide
- 0,5% d'aloe vera en poudre
- 2% d'oxyde de zinc
- 58,5% d'hydrolat ou d'eau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *